• Un(e)secte de Maxime Chattam (lu le 20/07/20)

    Un(e)secte de Maxime Chattam 

    Pages : 454

    Paru en : novembre 2019

    Edition : ALBIN MICHEL

    Prix public : 22,90 €

    Genre : polar, thriller

     

    Atticus Gore est policier, il ne s’aime pas, aime les hommes et assume mal son homosexualité. Un meurtre dans un zoo abandonné vient de se produire et aucun fait ne colle, Atticus prend en charge l’enquête.

    Un homme est retrouvé habillé dans l’ancien enclos aux fauves, vidé de l’intérieur par des milliers d’insectes, il ne reste quasiment rien de lui… dans son portefeuille, le nom d’Oscar Riotto apparaît, pourtant ce même Oscar a été verbalisé la veille au soir pour excès de vitesse. Comment un homme peut-il être dévoré par des insectes en une seule nuit alors que pour vider un corps sans vie, il faut plusieurs mois ?

     

    Kat Kordell est détective privée, elle suit les traces de feu son oncle adoré. Elle est appelée par Annie Fowlings pour retrouver sa fille majeure disparue depuis 10 jours qui lui a laissé un SMS dans lequel elle rassure sa mère et embrasse sa petite sœur décédée depuis longtemps, Annie est morte d’inquiétude.

    Kat mène l’enquête sur la vie de Lena, une jeune femme sombre, dépressive, qui s’intéresse à la magie et à l’occulte. Son appartement est un capharnaüm et dans sa chambre, le cadavre d’un chat éventré gît, avec des tatouages pyrogravés en énochien (la langue utilisée en magie) sur les os de sa colonne vertébrale.

     

    L’un et l’autre vont mener leurs enquêtes respectives, Gore va s’intéresser aux précédents cas de morts entourés d’insectes tandis que Kat va remonter les relations de Lena en s’intéressant particulièrement à Galvin Hutchinson, un homme apparemment autoritaire et taciturne que Lena fréquente depuis peu de temps.

    Grâce à leurs découvertes respectives, tous deux vont rapidement faire le lien avec la grande entreprise EneK, dirigée par Edwin Kowalski, un milliardaire aux dents et aux bras longs, le genre d’homme qu’on ne peut accuser sans preuves solides et peut-être même sans en référer à la hiérarchie du policier depuis que ses rares témoins ont été tous retrouvés morts.

     

    Tout d’abord en solo puis en tandem, l’équipe Kat et Atticus parvient à remonter les pistes là où personne n’est encore allé, jusqu’aux Enfants de Jean, un organisme qui ressemble à une secte où les adhérents ne sont pas volontaires et les sacrifices humains semblent être monnaie courante, le tout étant dirigé par le grand Kowaski.

     

    Un(e)secte parle de manipulation, d’insectes entraînés à attaquer l’homme, de pouvoir, de surconsommation, de secte et de magie. L’auteur, comme à son habitude, se joue de nos peurs et le fait sauvagement bien. Un polar qui fait froid dans le dos, bien que les insectes soient nos amis 


    votre commentaire
  •  

    La police des fleurs, des arbres et des forêts de Romain Puértolas (lu le 28/06/20)

     

    La police des fleurs, des arbres et des forêts de Romain Puértolas

     

    Pages : 315

    Paru en : juin 2020

    Edition : LE LIVRE DE POCHE

    Prix public : 7,70 €

    Genre : policier

     

    Au cours de l’été 1961, un meurtre odieux se déroule dans le petit village de P.

    Un jeune officier de police de la grande ville de M doit mener l’enquête. Habitué à la ville, il est régulièrement choqué par les us et coutumes de la campagne.

    Tout d’abord, personne ne connaît le nom de famille de la victime, tout le monde l’appelait Joël, il avait seize ans mais est considéré comme un adulte à P.

    Tué, démembré, emballé dans des sacs Galeries Lafayette puis jeté dans la cuve à confitures (la première usine industrielle de confiture, une idée du maire à qui appartient la société, un homme qui a les dents longues), une fleur de culture était à côté du corps sans vie de Joël, une Gaillardia Clemens, magnifique fleur rouge et jaune.

     

     

     

     

     

     

    Ce meurtre est le premier que le village ait connu.

    Adopté par Félicien, corrigé à l’occasion à coups de bâton, Félicien devient rapidement le suspect numéro un.

    L’officier a du fil à retordre : l’autopsie ayant été faite par le médecin vétérinaire du village, l’enterrement ayant été fait juste avant son arrivée, les villageois n’ayant pas beaucoup de renseignements à lui fournir sur Joël et les lignes téléphoniques ayant été coupées lors de l’orage survenu le jour du meurtre, le policier va devoir faire avec les moyens du bord …

    Assisté par le garde champêtre qui fait office d’autorité au sein du village, l’officier va devoir rassembler les bribes d’informations en sa possession, découvrir les secrets enfouis, retracer l’histoire de Joël pour découvrir le mobile et en découdre avec ce maire un peu trop capitaliste à son goût.

    La police des villes et la police des champs vont unir leurs connaissances afin de trouver le coupable de ce meurtre inédit et horrible, grâce à l’historique du garde et à la psychologie et la rigueur de l’officier.

    Au travers de correspondances écrites par l’officier et le garde champêtre à la procureure de la République, dans lesquelles les avancements de l’enquête et les témoignages sont retranscrits, le lecteur suit l’enquête au même rythme que les policiers, avec rigueur, professionnalisme et détails humoristiques.

     

    La police des fleurs, des arbres et des forêts met en lien la culture paysanne avec la culture des villes à une époque où les technologies sont encore rares et les différences culturelles encore très éloignées. L’enquête est suivie dans le détail et l’amusement et son issue insolite est très rafraîchissante. C’est toujours un plaisir de lire Puértolas, je ne m’en lasse pas !

     


    votre commentaire
  • Femmes sans merci de Camilla Läckberg (lu le 15/06/20)

     

    Femmes sans merci de Camilla Läckberg

     

    Pages : 142

    Paru en : mai 2020

    Edition : ACTES SUD

    Prix public : 14,90 €

    Genre : dramatique, familial

     

    Ingrid Steen était journaliste et son mari Tommy également, ils se sont rencontrés au journal. Quand Tommy est passé directeur, le couple a décidé qu’Ingrid arrête son travail pour s’occuper de leur fille Lovesa. Son travail lui manque et en plus, Tommy est infidèle et entretient une liaison avec une jeune collègue depuis trop longtemps déjà, Ingrid est humiliée, trahie et décide de passer à l’offensive …

     

    Victoria Brunberg est une jeune et belle russe qui, après que son conjoint mafieux se soit fait tuer devant elle, a dû se cacher pour éviter la même sentence et s’est réfugiée en Suède où elle a trouvé son mari Malte sur un site de rencontres. Malte est un homme répugnant qui néglige sa toilette, boit à outrance et ne lui parle qu’en monosyllabes pour lui donner des ordres. Prisonnière chez son mari qui a caché son passeport, Victoria passe ses journées à ruminer sa vie d’avant tout en faisant bonne figure et en restant docile, silencieuse et dévouée mais elle ne supporte plus l’irrespect et le dédain de Malte.

     

    Birgitta Nilsson est institutrice, elle s’occupe notamment de Lovesa, la fille d’Ingrid. Mère de jumeaux devenus adultes, son mari la frappe presque chaque soir, dans la plus grande indifférence de ses enfants qui ne lui parlent même pas. Bientôt à la retraite, Birgitta apprend qu’elle a le cancer du sein mais les traces sur son corps meurtri l’empêchent de faire quelque examen que ce soit.

     

    Au travers d'un forum internet, ces trois femmes se confient les unes aux autres anonymement et échafaudent un plan qui leur permettra de retrouver leurs libertés, à n’importe quel prix.

     

    Femmes sans merci est une nouvelle qui dénonce les violences physiques et psychologiques faites aux femmes prisonnières de leurs vies maritales. Femmes qui n’ont jamais eu de merci, devenues fortes et blindées, elles deviennent sans pitié (mercy en anglais) pour leurs bourreaux et le lecteur s’en délecte.

    L’auteure affectionne particulièrement ce sujet car apparemment trop répandu dans les pays nordiques et apporte régulièrement une issue positive pour ces femmes brimées et brisées, c’est une promesse d’espoir et de non-renoncement pour les femmes meurtries et contraintes au silence.


    votre commentaire
  • Les sept sœurs - tome 4 – Cece - La sœur à la perle de Lucinda Riley (lu le 22/05/20)

     

     

    Pages : 608

    Paru en : février 2020

    Edition : CHARLESTON

    Prix public : 19 €

    Genre : dramatique, familial, historique

     

    Celaéno alias Cece est la quatrième fille adoptive de Pa Salt qui vient de mourir. Adoptée juste avant Star, la timide et effacée, Cece la prendra sous son aile et elles deviendront inséparables dès leur enfance jusqu’au décès de Pa. Depuis, Star s’est éloignée, à la quête de son identité et de son passé (voir tome 3 – La sœur de l’ombre) et malgré la douleur et la perte de ses repères, Cece décide de partir elle aussi sur les traces de son passé, où les coordonnées GPS et l’indice qu’a laissés Pa à chacune de ses filles indiquent l’Australie.

    Dyslexique, artiste peintre qui se dévalorise et a perdu l’inspiration, elle se sent le canard boiteux de la famille, sans don, sans bonté, sans personnalité… c’est avec beaucoup d’appréhension qu’elle se décide à partir seule sur les terres de ses ancêtres.

    Mais avant cela, elle fait une escale en Thaïlande, un pays qu’elle visitait souvent avec Star pour y fêter le nouvel An. Elle y rencontre Ace, un homme solitaire, brisé, secret, qui semble se cacher de tous, mais tendre et attentionné. Ace trouve la biographie de la femme laissée en indice par Pa sur les origines de son adoption : Kitty McBride.

     

    L’histoire de Kitty se déroule en Ecosse en 1906. Fille d’un pasteur autoritaire et volage, Kitty se fait embaucher pour être dame de compagnie de Mme McCombie, une amie de la famille, pour l’accompagner voir sa sœur en Australie durant un an. Kitty est douce, calme, curieuse, les deux neveux de McCombie ne tardent pas à être sous son charme et quand Andrew lui fait sa demande en mariage, elle ne voit pas pourquoi elle refuserait même si elle est plus charmée par son frère Drummond, moins stable mais plus aventureux et fougueux.

    Elle donnera un fils Charlie à Andrew qui, pris par ses responsabilités de reprise de l’entreprise perlière familiale, ne leur consacre pas beaucoup de temps ni d’attention. Quand Andrew part quelques mois en bateau avec son père, son frère Drummond vient aider Kitty et Charlie et Kitty finit par se laisser charmer …

    Ils prévoient de s’enfuir ensuite tous les trois mais Drummond doit rejoindre son frère pour l’aider et Kitty attend leur retour pour parler une dernière fois à son mari avant de le quitter, mais leur bateau n’arrive jamais, un naufrage emporte l’équipage.

     

    La sœur à la perle, la quatrième sœur de la famille adoptée par Pa Salt et élevée par Ma est une histoire émouvante d’amour, de liens familiaux, de déchirures, de pertes affectives, de fidélité et de respect. L’auteure nous emmène cette fois-ci en Australie dans les années 1900, au cœur des terres arides et des poussières rouges, la terre des Aborigènes que les Blancs ont volée, un continent chargé d’histoire …


    votre commentaire
  • Millénium 6 : La fille qui devait mourir de David Lagercrantz (lu le 05/05/20)

    Millénium 6 : La fille qui devait mourir de David Lagercrantz

     

    Pages : 367

    Paru en : août 2019

    Edition : ACTES SUD

    Prix public : 23 €

    Genre : polar, politique

     

    Lisbeth Salander, toujours en planque à Prague, aimerait en finir avec la menace de Camilla, sa sœur ennemie qui s’est rangée dans le camp de Zala, leur père violent, alcoolique et puissant en Russie. Camilla est belle, stratège, fortunée et adulée par une équipe de tueurs professionnels alors que Lisbeth se cache depuis l’enfance, depuis l’attentat contre son père,  seule.

    Alors que ses plans prennent forme, Lisbeth ne parvient pas à aller jusqu’au bout et tuer sa sœur, les souvenirs du passé ressurgissent alors, mêlant crainte, douleurs et interrogations dans l’esprit de la belle rebelle au cœur dur.

     

    Mikael Blomkvist, toujours journaliste à Millénium, enquête sur une affaire d’usine à trolls, des programmes informatiques qui envoient calomnies et propos diffamatoires sur des politiques à travers les réseaux sociaux, mais qui gère ses usines ? un simple hacker ou quelqu’un qui en sait bien plus qu’on ne le pense de prime abord ?

    En tout cas, cette affaire n’enthousiasme pas vraiment Mikael alors, quand une médecin légiste l’appelle pour lui signaler qu’un SDF qui rôdait près de chez lui avait trouvé la mort dans des circonstances étranges, par empoisonnement, il s’intéresse à l’affaire.

    Ce même SDF qui, quelques jours plus tôt, alpaguait des passants pour leur parler de ce qu’il avait fait sur l’Everest et des choses horribles qu’avait faites ce jour-là Johannes Forsell, le ministre de la Défense, l’homme le plus haï du pays, Mikael est conquis par cette trouble histoire.

    L’affaire prend un tournant politique quand on apprend que le SDF en question est un guide alpin, un sherpa très réputé qui a gravi l’Everest à plusieurs reprises, notamment la fois où Forsell a grimpé et où une terrible tempête a laissé deux morts célèbres non loin du sommet. Cette histoire avait fait grand bruit en 2008 et des zones obscures ont posé le doute sur la responsabilité du ministre.

     

    Mikael, aidé parfois de Lisbeth et du commissaire Bublanski, va mener l’enquête et essayer de démêler le vrai du faux, les vérités des secrets enfouis et les responsables politiques mis en cause.

     

    La fille qui devait mourir inclut trois enquêtes parallèles. Lisbeth se protège de sa sœur tout en cherchant à la contrer, Mikael est sur les usines à trolls et l’histoire complexe du SDF empoisonné, le tout recoupe avec Zalachenko, le père de Lisbeth et Camilla, le chef d’une organisation secrète et un criminel sans pitié à présent mort mais qui a gardé de nombreux fidèles prêts à tout pour honorer sa mémoire.

    Politique, escroqueries, chantage, meurtres, organisations secrètes, criminalité, journalisme, espionnage, vengeance et enquêtes policières, tout y passe dans cet exaltant tome 6 de Millénium qui se déroule du 15 au 28 août et est riche en rebondissements.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires